Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 11:11
L'OM a loupé un gros coup hier. En battant Lyon, l'OM se serait repositionné à la 3ème place de la Ligue 1. Après avoir mené 2-0, l'OM s'est fait rejoindre par l'OL à 2-2. Tout est à refaire.

http://s.om.net/om/image/article/une/g/34/6677.jpg Les (courageux) spectateurs du stade Vélodrome ont eu raison de braver le froid glacial pour assister à cet Olympico qui a tenu ses promesses. Certes, on a vu moins de but que lors du fameux 5-5 de Gerland mais cette rencontre a été d’une rare intensité (surtout la première période), digne de la Champions League. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les deux formations participent à cette compétition depuis de nombreuses années.
Sans Valbuena (suspendu après son exclusion en milieu de semaine), l’OM a montré un visage plaisant, très plaisant. Les Olympiens ont d’ailleurs entamé, tête la première, cette partie. Dès la deuxième minute Morel, sur son aile, remontait tout le terrain pour adresser un centre vers Amalfitano dont la reprise passait largement au-dessus. Les Olympiens ont tiré les premiers mais les hommes de Rémi Garde n’ont pas tardé à riposter avec un Gomis tout prêt d’ouvrir la marque mais Mandanda effectuait une parade de grande classe. Le portiehttp://s.om.net/om/file/201202/120205_ana_01.jpgr olympien s’illustrait à nouveau sur un centre de Briand que l’international bloquait au terme d’un magnifique plongeon. Les Marseillais quadrillaient bien le terrain, jouaient dans les intervalles et mettaient à mal l’équipe lyonnaise avec un milieu de terrain olympien qui annihilait les transmissions de ballons vers l’avant.
Juste après le quart d’heure de jeu, Kaboré, titulaire pour la première fois depuis son retour de la CAN, effectuait un superbe travail dans l’axe. Le Burkinabé faisait une louche vers Brandao. Ce dernier manquait son contrôle mais Cissokho ratait également son dégagement et Cheyrou surgissait pour tromper Lloris du pied droit. Le Vél’ explosait dans une soirée glaciale.

Galvanisés par ce but, les Phocéens poursuivaient leur domination et les opportunités s’accumulaient. Morel, Diarra, Brandao tentaient leur chance avec plus ou moins de réussite. Mais à ce moment-là, Lyon avait du mal à respirer. Le Brésilien de l’OM était à nouveau alerté un peu plus tard par un superbe centre d’Amalfitano. Sans se poser de question, Brandao croisait sa reprise. Le ballon terminait sa course dans le filet opposé de Lloris.
2-0 au bout de 34 minutes et une domination quasi-totale, les choses s’annonçaient bien pour Marseille. Mais, ce second but a eu pour conséquence de réveiller les Gones qui, sur leur premier corner, revenaient à 2-1. Gomis reprenant à bout portant un ballon dévié en aile de pigeon par Briand. Revigorés, les Lyonnais allaient même rentrés au vestiaire avec un score de parité avec un but qualifié de« casquette » par Didier Deschamps. Un centre de Cissokho, dévié par Azpilicueta arrivait sur Diawara dont le dégagement filait vers ses propres buts sans que Mandanda, surpris, ne puisse faire grand-chose.
Incroyable, alors que l’écran géant affichait, dix minutes auparavant, un score de 2-0 pour l’OM, les deux formations rejoignaient les vestiaires à 2-2.

Malheureusement, la seconde période ne ressemblait pas complètement à la première. Les hommes de Didier Deschamps maîtrisaient moins les débats. Gonalons et Källström trouvaient beaucoup plus leurs attaquants et l’OM perdait plus rapidement les ballons. Sans doute à cause de l’état du terrain qui, malgré la bâche chauffante, commençait à sérieusement se détériorer. La seconde période a été beaucoup plus équilibrée. Diarra aurait pu, tout de même, offrir la victoire à l’OM mais en toute fin de partie, Mandanda a sauvé les siens face à Lisandro. Une parade qui vaut un point. Une unité qui reste insuffisante pour accrocher la plus petite marche du podium, ce qui aurait été le cas avec un succès.

Mais, même si le leader est désormais à 11 points, l’OM reste invaincu depuis le 27 novembre et surtout l’OM a glané sept points sur neuf  lors des trois confrontations directes contre Lille, Rennes et Lyon. Pas mal pour une équipe qui pointait à la dernière place après le match aller contre Lyon…

http://s.om.net/om/file/201202/120205_ana_02.jpgFrederic Rostain (OM.net)

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:57

Alou Diarra s'est exprimé au micro de CANAL+ après le match nul entre l'OM et l'OL (2-2): "C'est une grosse déception. On est pas restés vigilent assez longtemps et on le paye cash. [...] Quelques petites secondes d'inatention et on le paye cash."

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:52

a8d84L'Olympique de Marseille a fait match nul face à l'Olympique Lyonnais lors de l'Olympico. Les marseillais avaient d'abord ouvert le score par Benoît Cheyrou (16ème). Brandao doubla même la mise (34ème). Mais dès le coup d'envoi, Gomis réduit le score (36ème). Enfin, Diawara égalise malheureusement en marquant un but contre son camp juste avant la mo-temps (45ème). La deuxième mi-temps fut beaucoup moins enlevé. Marseille est actuellement 5ème à 1 point de la 3ème (Mais Lille a un match en retard).

 

Arthur Massot

 

P.S. : C'était le 100ème article sur ce blog.

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:51
Face à des Lyonnais qui les devancent d'un point et d'une place au classement, les olympiens ont une occasion en or sans Valbuena et dans le froid de poursuivre leur ascension vers le haut du classement.

http://s.om.net/om/image/article/illustration/xg/294/58743.jpg En ce début d’année 2012, l’OM a enfilé la panoplie du vengeur masqué et a une nouvelle occasion d’utiliser ses «super pouvoirs» ce dimanche face à Lyon. Car l’équipe olympienne martyrisée par ses concurrents en début de saison a bien changé. Après avoir récemment maté le champion de France lillois (2-0) et être allé remettre les choses à l’endroit à Rennes (1-2), elle va se mesurer au dernier«boss» du championnat à l’avoir battu dans la phase aller, l’Olympique Lyonnais.«Une équipe avec beaucoup de qualités dans une confrontation directe face à une équipe qui est aussi engagée dans les quatre compétitions» constatait sobrement Didier Deschamps à deux jours du match. 
C’est surtout une formation qui compte une unité d’avance (elle en comptait 11 d'avance après le match aller mi-septembre) qui laisserait sa place de 4e à l’OM en cas de défaite (voire la troisième si ne gagne pas à Sochaux à 17h dimanche). C’est dire si un succès viendrait totalement assoir le renouveau de Marseillais qui enchaînent les succès comme Batman les uppercuts (8 d’affilée depuis la fin décembre)

Mais hormis le froid glacial qui règne actuellement sur Marseille et la France et qui gênera les deux équipes, l’OM aura un handicap de poids dans sa quête de revanche. Gignac et Mbia blessés, les frères Ayew à la CAN, il devra se passer dimanche d’un autre de ses «fantastiques». Son improbable exclusion contre Nice mercredi va le priver de l’Olympico à venir et Didier Deschamps de revoir son animation offensive. 
C’est le gros point d’interrogation qui plane sur la rencontre. Si le coach annonce avoir «différentes options», ils seront pas mal à guetter la feuille de match aux alentours de 20h. «C’est les aléas, regrette l’entraîneur olympiens, on parlerait moins des absents si c’était face à un mal-classé, là c’est un concurrent direct avec plus de monde que nous à disposition.» Hormis Lovren, Rémi Garde pourra ainsi compter sur la totalité de ses forces et notamment le tonitruant tandem Gomis-Lisandro en attaque (voir plus bas) d’une équipe qui cultive son caractère imprévisible.
Un déséquilibre des forces qui pourrait amener l’OM à aborder la partie prudemment ? Ce n’est pas dans ses habitudes du moment. «Un nul ? Aujourd’hui, je ne le dis pas. L’objectif est de gagner ce match» répond un Deschamps qui a façonné le goût prononcé pour la victoire de son équipe. Il restera au Vélodrome à réchauffer un climat qui s’annonce polaire. Pour ça on peut lui faire confiance.

 

Emmanuel Jean (OM.net)

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 19:16
Mené au bout d'un quart d'heure à Rennes, l'OM a renversé la vapeur pour s'imposer grâce à un but de Cheyrou. Les Bretons écartés, les Olympiens sont désormais cinquièmes.

http://s.om.net/om/image/article/illustration/xg/293/58586.jpg123http://s.om.net/om/image/article/illustration_s/g/231/46163.jpg La soif de victoires olympiennes paraît inextinguible. Comme ce dimanche à Rennes, les Marseillais ne s'arrêtent plus de gagner et alignent désormais une série qui en jette de 7 succès d’affilée depuis la mi-décembre (11 victoireshttp://s.om.net/om/image/article/illustration_s/g/231/46164.jpg sur les 12 derniers matches). Et celui-là pèsera lourd puisqu’il permet de passer devant l’adversaire du soir (en se plaçant en 5eposition) et autorise à rester au contact du tout haut du tableau (à 1 points de Lille, 3e) où tout le monde a gagné ce week-end (Lyon, Paris, Montpellier, Lille). 
Pour y parvenir, l’OM a fait ce dans quoi il excelle ces dernières semaines : un sang-froid et un instinct de carnassiers avec ce but rageur de Cheyrou qui fait que, malgré des éléments contraires, l’objectif final qu’est la victoire est toujours atteint avec une deuxième période pleine de maîtrise. 
De manière encore plus étincelante ce dimanche chez des Bretons bourreaux des Marseillais à l’aller au Vél’ (0-1) et qui n’avaient jamais perdu dans leur antre cette saison ! Une nouvelle marche gravie dans la remontée fantastique au classement alors que l’OL se présentera au Vélodrome dimanche prochain pour un choc qui promet. 
Car l’OM a dû renverser la vapeur pour assouvir son besoin de l’emporter. Après le test réussi face à Lille il y a deux semaines (2-0), Rennes fut encore une fois une redoutable opposition. Ainsi, malgré un premier quart d’heure réussi, les Olympiens n’étaient pas en veine quand Doumbia reprenait à l’instinct un ballon perdu aux abords de la surface qui allait se loger près de la base du poteau droit de Mandanda (1-0, 14e). Le type de scenario qui aurait fait trembler les jambes en d’autres temps. Ce n’est plus le cas de l’OM désormais. 

Bien sûr, ils ont souffert souvent en première période quand Mandanda était déterminant sur la volée de Kembo http://s.om.net/om/image/article/illustration_s/g/231/46165.jpg(23e), sur la frappe de Brahimi qui rasait le poteau (30e) ou le slalom du dernier cité qui trouvait le petit filet de Mandanda (39e). Et si Lucho (23e) ou Amalfitano (27e) laissaient planer du danger sur les buts de Diallo, l’égalisation marseillaise sortait un peu de nulle part quand le centre de Remy côté droit était dévié de la tête par Apam qui marquait dans ses buts (1-1, 44e). 
Juste avant la pause, le moment idéal disent certains mais, répétons-le, Rennes est une des grosse équipes de Ligue 1. Et son superbe jeu en triangle aurait vraiment pu être payant quand Kembo se retrouvait seul au point de penalty mais qu'un N’Koulou héroïque taclait la tentative du Rennais pour faire basculer le cours de la partie (49e). Et la prise de pouvoir de devenir encore plus marseillaise au fil des minutes avec deux belles opportunités pour Remy (64e, 66e). 
Pris dans les serres de l’OM, les Bretons ne pouvaient finalement que plier dans le dernier quart d’heure. Il ne s’agissait plus en fait que de concrétiser tout ça au tableau d’affichage. Valbuena décalait Cheyrou à l’entrée de la surface qui frappait si fort que Diallo ne parvenait pas à maîtriser et qu’il déviait dans ses propres buts (1-2, 77e). L’inexorable mainmise des Olympiens sur la partie prenait corps tandis que Remy aurait même pu aggraver le score mais tirait dans le petit filet après le pressing de Brandao (87e). Et dire que ça avait si mal commencé...

 

Emmanuel Jean (OM.net) / Photos : Yannick Parienti

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 16:46
Rod Fanni ne veut pas que Rennes refasse ce soir le coup du match aller au Stade Vélodrome.

http://www.francefootball.fr/Medias/Photos/201110/644x416/fanni-raconte.jpg Rod Fanni a encore en mémoire le match aller contre Rennes. Les Bretons étaient venus s’imposer au stade Vélodrome en septembre 2011 alors que l’OM peinait à décoller au classement. « La défaite n’était pas forcément méritée car on avait fait bonne figure, maos on n’avait pas été récompensé. Ce n’est pas un très bon souvenir mais on va essayer de leur faire le même coup là-bas. Benoît Costil avait fait un très bon match. Il y aura un parfum de revanche car il y a une légère rancœur. Mais le plus important c’est le plan comptable. On a besoin de points que ce soit à Rennes ou ailleurs. On a grillé beaucoup de jokers et si on veut aller chercher quelque chose, il faut prendre des points à l’extérieur. »

Les Olympiens savent qu’ils traversent une période importante actuellement en Ligue 1 avec des rencontres face à des concurrents directs pour les places européennes. « Il y a beaucoup d’enjeux, reconnaît Rod Fanni. On connaît une période avec beaucoup de matches contre des équipes du haut de tableau. Psychologiquement et au niveau comptable, on doit faire mal. C’est une période charnière alors ce match à Rennes est un virage important à négocier ».

 

F.R. (om.net)

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 15:02

stats

stats 2

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 14:58

Face à Rennes, l’OM a l’opportunité de doubler les Bretons et donc de se positionner à la quatrième place, avant de recevoir Lyon lors de la 22journée. « Fin 2011, on a fait une bonne série pour ne pas être décroché. On a l’opportunité de prendre des points à des adversaires directs pour les places européennes, de les rattraper, voire de les dépasser. Après Rennes et Lyon, on saura si on est dans la course pour le sprint final ou si on est un peu décroché. Mais rien ne sera joué non plus… Mais on a envie de ne pas avoir tant d’efforts pour rien. Ces deux confrontations sont donc très importantes », souligne Benoît Cheyrou.

 

F.R. (OM.net)

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 14:49
Avant le coup d'envoi du match de soir à 21h, Le Blog de l'OM vous présente quelques stats sur les confrontations entre le SRFC et l'OM.

http://s.om.net/om/image/article/illustration/xg/293/58575.jpg

Dix victoires et 14 nuls pour 20 défaites, soit 24 résultats positifs … Le Parc des Sports de la Route de Lorient n’a pas été si défavorable que cela à l’OM à travers les âges, même si le club marseillais dut attendre sa onzième visite pour y enlever son premier succès, lors de l’ouverture de la saison 1951-52 (2-1, buts de Jean Prouff, Yves David et Gunnar Andersson) !
On notera que trois de ces dix succès marseillais ont été obtenus au cours de l’actuel millénaire, en août 2002 (3-1) sous la conduite d’Alain Perrin, en janvier 2007 (2-0) sous celle d’Albert Emon et en mars 2011 enfin (2-0) avec Didier Deschamps.
Et que, par ailleurs, l’OM reste sur deux nuls et une victoire dans l’ancienne capitale des ducs de Bretagne où il a enregistré sa dernière défaite il y a tout juste quatre ans, en janvier 2008 (3-1), victime d’un ex et d’un futur Olympien (Pagis et Wiltord).http://s.om.net/om/image/article/illustration/m2/293/58514.jpg
Un match qui semble appartenir à un passé déjà lointain puisqu’il fut marqué par l’expulsion d’un oiseau de passage quasiment oublié, l’Argentin Juan-Angel Krupoviesa, dit « El Tucumano »… 
Mais deux autres rencontres des années 2000 méritent d’être évoquées ici, même si elles ne débouchèrent pas sur des succès olympiens…. La première, jouée le 21 mars 2004, vit l’OM s’incliner 4-3…sur 4 buts du Suisse Alexander Frei !
Les Marseillais, menant 1-0 (Batlles) puis égalisant deux fois (Drogba, Mido) laissaient filer le match à un quart d’heure de la fin, préoccupés, peut-être, par le 8ede finale retour qu’ils allaient gagner quatre jours plus tard contre Liverpool (2-1)…. Ils devaient en effet, cette saison-là, atteindre la finale de la Coupe de l’UEFA.

La seconde, le 9 août 2008, vit Rennais et Marseillais ouvrir la saison sur un étonnant 4-4, aussi époustouflant que le célèbre 5-5 de la saison suivante à Lyon… Avec, là aussi, un final à couper le souffle puisque les joueurs olympiens, après avoir mené 3-1 à la demi-heure de jeu (Koné, Ben Arfa, Niang), se voyaient rejoindre à la 88e minute ! Ils reprenaient l’avantage à la 89e (Grandin) mais Rennes égalisait encore à la 90e par Bruno Cheyrou, le frère de Benoît, ancien Olympien lui-même ! De quoi décontenancer le placide Eric Gerets, comme le serait Didier Deschamps un an plus tard à Gerland…

Mais cela n’allait pas empêcher l’OM de prendre un excellent départ dans ce Championnat 2008-2009 en ne concédant sa première défaite qu’à la 10e Journée, après 5 victoires et 4 nuls.

 

Alain Péchéral (OM.net)

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 22:32

http://www.sports.fr/images/201204/ochoa_ajaccio.jpgOK pour Ajaccio-OM

 
Le Bureau de la LFP a décidé, dans l'attente de la programmation TV, d'avancer au vendredi 9 mars le match AC Ajaccio-Olympique de Marseille (27e journée de Ligue 1, prévu initialement le samedi 10 mars). Ceci afin de permettre à l'OM de préparer au mieux son match retour des 8es de finale face à l'Inter Milan (le mardi 13 mars à Giuseppe Meazza).

 

... mais pas pour OM-Valenciennes

 
Le club olympien avait demandé à ce que la rencontre OM-Valenciennes (24e journée) soit également avancée d'un jour en vue de la réception des Milanais lors du match aller. Mais le bureau de la LFP "a considéré qu'il n'y avait pas lieu" de le faire "sachant que le match d'UEFA Champions League Olympique de Marseille – Inter Milan se jouera un mercredi, le 22 février", explique la Ligue dans un communiqué.
Comme indiqué plus tôt dans la journée, la venue des Valenciennois reste donc fixée au samedi 18 février à 21h (Orange Sport).

 

L. O. (OM.net)

Partager cet article
Repost0

Ce blog a été modifié pour la dernière fois le vendredi 27 janvier 2012 à 22h44

Rechercher

Edito du 28 janvier

L'OM a de l'avenir. Dans la NextGen, l'équivalent de la Ligue des Champions mais pour les U19, les phocéens ont dominés Aston Villa en s'imposant 2-1 grâce à Gadi et Omrani après prolongations. Et ces "minots" affronteront... l'Inter en demi-finale comme les grands. Pour ce qui est de ces "grands", ils affronteront Rennes demain soir.

Archives