Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:38
Pour la troisième année consécutive, l'Olympique de Marseille se retrouve en finale de la Coupe de la Ligue. L'OM s'est qualifié hier en battant Nice 2-1 grâce à Rémy et Brandao.

http://s.om.net/om/image/article/illustration/xg/294/58662.jpg

Dans deux mois et demi, les Olympiens seront candidats à leur propre succession. Dans leur quête de leur 3e Coupe de la Ligue d’affilée, ils emmèneront avec eux à Saint-Denis des dizaines de milliers de supporters. Dans le grand vacarme de la passion, une finale est toujours un moment magique, même quand il se répète d’une année sur l’autre. Pour le vivre à nouveau, l’OM n’a pas forcé son talent.http://s.om.net/om/file/201202/omnice-bande.jpg
Quand on l’aura écrit, on aura dit beaucoup de cette demi-finale disputée sur un faux-rythme assez étonnant entre une formation olympienne sans pitié et une équipe niçoise aux moyens plus limités que son envie. Bien sûr, ce fut un peu plus animé après la pause quand Nice aura piqué l’orgueil phocéen en égalisant au bout de la mi-temps, par Mounier à la réception d’un centre de Dja Djé Djé (1-1, 44e) ou dans les dernières minutes quand la menace d’une prolongation n’était pas complètement absente. 
Mais ce qu’ont mis les joueurs de Deschamps dans la balance a suffi pour la faire pencher de leur côté. Quoi exactement ? Une application certaine dans le placement et le repositionnement en phase défensive pour boucher les espaces. Et une efficacité redoutable sur les miettes d’occasions offensives.
En profitant une première fois de la passivité de l’arrière-garde azuréenne et une deuxième de sa fébrilité, l’OM a exploité à plein les failles de son adversaire plus qu’il ne les a creusées. Ce qui n’enlève strictement rien à la beauté du geste de Loïc Remy sur l’ouverture du score. Un diamant. A la réception d’un ballon qui aura traversé toute la largeur du terrain, l’ancien Aiglon aura tapé juste en visant la lucarne opposée d’un tir enroulé (1-0, 17e). 
http://s.om.net/om/file/201202/omnice-m-l.jpg Le second but marseillais sera moins spectaculaire, avec un centre d’Azpi repoussé maladroitement de la poitrine par Clerc vers un Brandao réaliste (2-1, 57e). Comme lors des deux dernières saisons à Toulouse et Auxerre, le Brésilien aura contribué à envoyer l’OM en finale de la Coupe de la Ligue, tout en signant sa 2e réalisation en 4 rencontres depuis sa réintégration.
Cela lui a valu une ovation chaleureuse de la petite chambrée à sa sortie. 12 657 spectateurs payants au milieu desquels la turbulente cohorte de supporters rouge et noir rassemblés en Ganay. Elle aura apporté la touche « derby » à la soirée. Surtout qu’elle reprit un tout petit espoir à une demi-heure du terme quand son équipe se retrouva subitement en supériorité numérique.
Expulsé de façon incroyable par Clément Turpin à la 64e, Mathieu Valbuena a en effet vécu la fin de la partie dans les entrailles du stade. Après un premier avertissement pour une faute sur Gomis (48e), le milieu de terrain a eu le tort de vouloir jouer un coup-franc plus vite que la musique. Faute lourde selon l’arbitre qui oublia l’esprit du jeu pour ne s’occuper que de la lettre et le renvoya aux vestiaires à la stupeur générale.
Certes, sa sévérité n’a pas spécialement handicapé l’OM en fin de match, d’autant que Dja Djé Djé finira par subir le même sort (83e). Mais elle a un double effet puisque « Petit Vélo » purgera automatiquement sa suspension dimanche contre Lyon. Au regard de cette 3e qualification d’affilée pour le Stade de France (un record), ce n’est pas l’information de la soirée, mais elle arrive au moins en deuxième position. Et c’est bien dommage.
Heureusement, si Valbuena fait une croix sur l’Olympico de ce week-end, il peut d’ores et déjà redonner rendez-vous aux Lyonnais le samedi 14 avril, jour d’une finale qui promet terriblement.

 

Laurent Oreggia (OM.net)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ce blog a été modifié pour la dernière fois le vendredi 27 janvier 2012 à 22h44

Rechercher

Edito du 28 janvier

L'OM a de l'avenir. Dans la NextGen, l'équivalent de la Ligue des Champions mais pour les U19, les phocéens ont dominés Aston Villa en s'imposant 2-1 grâce à Gadi et Omrani après prolongations. Et ces "minots" affronteront... l'Inter en demi-finale comme les grands. Pour ce qui est de ces "grands", ils affronteront Rennes demain soir.

Archives