Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 10:18

Voici l'interview d'Edouard Cissé

D’abord Edouard, près de deux semaines après ton arrivée, comment se passe ton intégration au sein du groupe olympien ?
Ca se passe très bien. J’ai bien été accueilli par les gars d’autant que j’en connaissais deux ou trois. Et puis, le staff et les médecins sont cool donc tout va bien.

Qui connaissais-tu avant d’arriver ?
Je connaissais Riou, Cheyrou, Bonnart, Mandanda ou Niang. Et puis ensuite, c’est facile de faire connaissance avec les jeunes. 

Est-ce que l’OM ça ressemble à ce qui tu imaginais avant de venir ?
Non, même si je ne m’étais jamais fait d’a priori négatif ou positif. J’aime bien être à l’intérieur d’un groupe pour me faire des idées. C’est très bien, c’est beaucoup moins virulent que ce qu’on en disait de l’extérieur. On sent comme une petite famille. Ca se déroule bien. Jour après jour, je fais ma petite intégration et mes connaissances dans le club phocéen.

Tu a fait une grosse partie de ta carrière au PSG, est-ce que tu y as pensé au moment de t’engager avec l’OM ?
C’est vrai que j’y ai un peu réfléchi. Entretemps, j’avais fait deux ans à Istanbul donc j’avais complètement tourné la page PSG. Ca s’était super bien passé en Turquie, j’ai réfléchi un petit peu pour Marseille mais on est tous professionnels et quand on la chance de jouer dans une équipe comme l’OM, de pouvoir gagner des titres et de jouer avec des joueurs de qualité, c’est très difficile de dire non…

"En Turquie, j'ai complétement tourné la page PSG"

L’exemple d’un joueur comme Lorik Cana peut être celui à suivre ?
Entre autres. Lui comme pas mal ont fait le passage directement entre les deux clubs. J’ai eu Istanbul entre les deux mais je ne suis pas le premier à avoir joué dans les deux clubs. Beaucoup  de joueurs ont fait Marseille-Paris mais ce qu’il faut, c’est penser club et être le plus performant et le plus professionnel possible. Dès lors, tous les supporters accueilleront les joueurs. Désormais je porte les couleurs de l’OM et je vais me défoncer et apporter mon expérience pour que l’équipe arrive à atteindre ses objectifs.

Pour revenir à l’OM, est-ce que la présence de Didier Deschamps a beaucoup joué dans ta venue ?
C’est clair. Je l’ai connu à Monaco et ça s’était très bien passé. J’apprécie l’homme et l’entraîneur. Son discours était clair et déterminant. On parle de Didier mais on parle aussi de Marseille. En France, il n’y a pas une ribambelle de grands clubs à mes yeux. Donc c’est forcément une fierté pour moi de jouer à Marseille.

Quel genre d’entraîneur est Didier Deschamps ?
C’est difficile de parler d’un coach. En tout cas, il n’a pas oublié qu’il a été joueur il n’y a pas très longtemps. Comme j’aime à le dire, c’est un peu notre guide. Il nous respecte énormément, il nous responsabilise énormément. Il joue le rôle de grand frère en sachant taper du poing sur la table quand il le faut mais en nous laissant aussi pas mal de liberté. En tant que joueur, c’est ce qui fait la différence. Comme il le dit souvent, il n’est pas sur le terrain. Alors il nous donne les consignes et c’est ensuite nous qui les interprétons.

"Didier Deschamps est un peu notre guide"

Tu l’as connu à Monaco (2003-04), est-ce qu’il a évolué depuis, notamment avec son passage à la Juve ?
Certainement mais il avait déjà pas mal d’expérience. Quand il était joueur, on disait qu’il coachait déjà, quelque part. Ca ne fait que deux semaines que je l’ai retrouvé et je le vois fidèle à lui-même. Il sait où il veut aller et il a besoin de joueurs qui veulent le suivre ; c’est ce qui se passe actuellement.

Didier Deschamps a beaucoup parlé de ton professionnalisme, ça fait partie de ton caractère ?
Ca fait déjà partie de mon éducation. Je relativise et je me rends compte de la chance que j’ai d’être joueur professionnel. J’aime ce sport, j’aime ce métier et j’essaie de le respecter le mieux possible.

On te voit conseiller souvent les jeunes, tu as aussi un rôle à jouer en dehors du terrain ?
Tous ces jeunes ont un talent monstre mais j’en ai vu beaucoup qui étaient comme ça et qui se sont gâchés. Dans mon intérêt et celui de l’équipe, il ne faut pas qu’ils se gâchent pour que tout le monde tire dans le même sens et que le club atteigne ses objectifs.

"La notion de titulaire ou de remplaçant est vraiment abstraite"

Tu as toujours été comme ça, professionnel jusqu’au bout…
Non justement. Il faut faire des erreurs pour apprendre et comme j’ai beaucoup appris, c’est que j’ai du faire beaucoup d’erreurs… J’ai évolué en tant qu’homme, je suis devenu papa ce qui aide à mûrir alors j’essaie de faire profiter les gars de ma maturité.

Tu n’es pas appelé à être totalement titulaire, est-ce que ça te dérange ?
Je n’ai pas demandé de garantie pour être titulaire ou remplaçant. Avec mon âge et mon expérience, je m’aperçois que cette notion de titulaire ou de remplaçant est vraiment abstraite. Ca veut dire quoi ? Je fais partie d’un groupe de 24 joueurs et on va jouer pas mal de compétitions et beaucoup de matches. Selon moi, aucun joueur ne devrait se mettre dans la peau d’un titulaire ou d’un remplaçant. C’est la pire des choses. On est un groupe, certains joueront des matches de championnat, d’autres de coupes mais l’essentiel sera de savoir où on va et d’atteindre nos objectifs.

Tu as joué deux mi-temps en match amical (Ajaccio et Bordeaux) comment ça s’est passé ?
Il faut déjà que je retrouve mes repères et ma forme physique.  Ca ne fait que deux semaines que j’ai repris et je dois apprendre à connaître les gars avec lesquels je joue même si ce sont de très bons joueurs. Il y a des affinités à créer. Ca va se faire au travers des entraînements et des matches amicaux. Je me sens de mieux en mieux et je vais monter progressivement en régime.

"De l'envie et du positivisme"

Qu’est ce que tu penses pouvoir apporter au milieu de terrain ?
Moi, c’est la tactique. Je peux jouer à plusieurs postes. Pas à 10.000 postes non plus mais pas mal déjà et je peux aider à replacer les gars. Mais je ne vais pas non plus trop dire ce que je vais apporter car si je dis beaucoup de choses et que je ne le réalise pas sur le terrain… Je n’aime pas chanter. J’essaierai en tout cas d’amener l’envie de gagner et la hargne. Ca peut se décliner dans pas mal de choses sur le terrain mais ce sera surtout de l’envie et du positivisme.

Dans le 4-3-3 de Didier Deschamps, quel est ton poste de prédilection, numéro 6 devant la défense ? 
Oui, j’aime bien ce rôle là mais je peux aussi jouer plus haut. Didier apprécie que je puisse jouer à ces trois postes et ça me plaît aussi. Ca élargit mon panel et j’aime bien. Je répondrai présent où on me demande de jouer. Il suffira juste de s’adapter.

Est-ce que tu as hâte que la compétition reprenne ?
J’aime bien la préparation car durant le mois précédent, j’avais vraiment coupé. Ces phases vont me faire du bien. Mais la compet’, ça titille un peu aussi, on a envie de se mesurer aux autres. Les deux matches de la semaine nous permettent de nous mettre un peu dans l’air du championnat face à des équipes de L1 avec de bons objectifs et des ambitions élevées. Ce sont de bons tests et on a encore trois semaines pour se préparer au mieux au début du championnat.

Pour finir, est-ce que la famille s’est déjà installée à Marseille ?
Non pas encore. Ils sont encore en vacances. On va s’installer rapidement pour bien travailler, pour bien vivre et profiter de cette belle région.     

Quelle est belle cette région !
Partager cet article
Repost0

commentaires

Ce blog a été modifié pour la dernière fois le vendredi 27 janvier 2012 à 22h44

Rechercher

Edito du 28 janvier

L'OM a de l'avenir. Dans la NextGen, l'équivalent de la Ligue des Champions mais pour les U19, les phocéens ont dominés Aston Villa en s'imposant 2-1 grâce à Gadi et Omrani après prolongations. Et ces "minots" affronteront... l'Inter en demi-finale comme les grands. Pour ce qui est de ces "grands", ils affronteront Rennes demain soir.

Archives